Ce petit recueil témoigne d’un voyage intime et personnel le long d’un processus de deuil lié au décès de ma mère en avril 2021. J’ai alors ressenti le besoin de décrire cette rencontre avec moi-même et d’en déposer les mots. En parallèle la crise sanitaire et l’observation sidérée de l’abus des pouvoirs publics à l’égard des boucs émissaires choisis et desquels je faisais partie, j’ai pris conscience de l’ampleur de l’absurde d’une société en plein changement par rapport aux valeurs fondamentales que je croyais jusqu’à là acquises et inébranlables.

Les valeurs démocratiques bafouées et la corruption autant des médias que des scientifiques au service de la manipulation des masses, ma dissidence a pris la parole et radicalement transformé ce qui restait de ma loyauté citoyenne et de ma confiance en l’autorité. L’indignation et la révolte se sont alors mélangées à celles encore latentes en lien avec mon passé. 

Par l’écriture je me suis mise en chemin pour chercher l’issue à ces sentiments d’impuissance qui risquaient de m’enfermer dans une plainte amère et revendicatrice sans retour.

La peinture a accompagné ce processus. De nouveaux rythmes gestes sont apparus, plus audacieux, contrastés et cassants comme jamais auparavant, venant à me libérer davantage de ma prudence et de mes conformités esthétiques.

De longs temps de séchage se sont imposés du fait de l’abondance des matériaux et de leur fluidité. Forcée à la respiration, à l’attente et à la pause, ces contrepoids se sont avérés être une réponse possible face à l’épuisement de mes revendications sans prise.

Depuis le portail s’est entrouvert, la crise sanitaire résolue, en laissant entrevoir le retour à une normalité empeignée de soulagement et de confiance. 

Pourtant sur le champ de bataille gisent les victimes de cette psychose, sacrifiées sur le bucher de la discrimination, conscients ou non de nouvelles servitudes qui continuent à s’avancer.

Nous portons de nouvelles responsabilités, celles de l’autonomie, de la vigilance et du sens critique face aux paradigmes changeants d’une société qui exploite notre crédulité.

Pour ma part j’ai le souhait que je puisse mettre mes peurs au service de l’audace et ne pas oublier que la liberté se construit en dedans, en chacun de nous, à tous les instants.